Fondé selon toute vraisemblance en 1934 sur les cendres de la troupe de la Gaîté et à  l'instigation d'un professeur du collège de Rolle (M. Pierre Pavillon), le Groupe Amateur Rollois présente officiellement son premier spectacle en 1936. La Petite Chocolatière est le prélude à  une longue série de représentations puisque le GAR monte 3 spectacles par hiver, joués à  l'occasion des soirées annuelles des sociétés locales (Gymnastique, Harmonie et Fanfare). Plusieurs tournées conduisent la troupe dans le canton et contribuent à  sa renommée. Félix Chanet, Max Rod, Jacques Buvelot, René Provenzale, Anna Rod, Juliette Tattet, Marguerite Arm, Constant Abrezol, Robert Autier, Victor Monnard, Irène Girardet, Jean Arm et Pierre Pavillon font partie des membres fidèles du GAR dés sa fondation.

Les mises en scène seront assurées successivement par MM. Pierre Pavillon, Félix Chaney, Charly May, Paul Pasquier et Jan Rosset qui reprend les rennes de la société en 1960 avec le spectacle Les Gueux au Paradis.Des succès retentissants ont marqué la vie de la troupe; citons par exemple Un Chapeau de paille d'Italie (1967), un cabaret Boris Vian (1969), l'Opéra des Gueux (1970), le Barouf à Chioggia (1985), la Savetière Prodigieuse (1990) ou encore le dernier spectacle mis en scène par Jan Rosset, dit Sidi, Les Oiseaux (1991) joué en plein air dans le petit port des Vernes. La butte et le bloc de pierre encore présents sur place sont les témoins de ces soirées qui ont réuni les sociétés locales de tous les villages du district animant l'avant et l'après spectacle à l'occasion du 700e anniversaire de la Confédération. Autre fierté du GAR, celle d'avoir servi de tremplin à quelques comédiens professionnels comme Pierre Arbel ou Catherine Sumi et d'avoir accueilli entre autres Patrick Lapp qui joua dans Les Sonderling sous la direction de Paul Pasquier ou Marc Fayol pour un rôle titre dans Les Oiseaux d'Aristophane.

Le GAR n'a pas de style défini, ses créations émanant de la sensibilité et de la volonté d'un membre qui propose une idée de spectacle au reste de la troupe. C'est ainsi que le GAR a touché à  tous les styles: vaudevilles, tragédies, comédies burlesques, farces du Moyen-Age, spectacles musicaux ou revues. Les objectifs du GAR sont avant tout de vivre une aventure, s'amuser et surtout partager une passion en offrant à son public des spectacles de qualité.

De 1992 à 2000, Michel Boillet a repris la destinée du GAR comme metteur en scène et concepteur de spectacles. On se rappelle du déjanté La Dame au Bégonia (1992), du succès musical de Souvenir Souvenir (1993), de la revue Touche pas mon Casino (1995), du tropical Mambo Palace, avec la participation de Moreno Macchi (1997) et de l’incroyable Cherie Blues (2000), tiré du film "Certains l’aime chaud", monté à l’occasion de l’inauguration du nouveau Casino.

Dès 2005, c'est Sylvie Nickbarte, comédienne au sein du GAR qui, avec énergie et motivation, donne une nouvelle impulsion à la troupe. C'est ainsi que 2006 a vu la création d'une pièce de Brian Friel, Danser à Lughnasa, et que le GAR a produit un Bourgeois Gentilhomme très jazzy en 2009. L'année de son 75e anniversaire a ajouté un nouvel auteur au répertoire déjà  très diversifié de la troupe avec Oscar Wilde et sa dernière oeuvre, L'importance d'être Constant. Ces trois spectacles ont été mis en scène par Fabienne Penseyres.

En 2013, Michel Boillet revient à la mise en scène pour une création co-écrite avec Philippe Lecoultre, un des comédiens. C'est ainsi que voit le jour Pastis et Marguerite, un divertissement musical qui obtient un gros succès populaire. Suivront West Wild Story, adaptation du Vent dans les branches de Sassafras de Obaldia  (2014) et de l’hilarant Thé à la Menthe ou t’es Citron (2015).

Groupe Amateur Rollois - p.a. Nicole Boillet, 5 chemin du Jura, 1263 Crassier Tél. +41 79 625 39 04 © Philippe Lecoultre